• Violaine

Retour à Abadiânia, semaine 5


En début de semaine, j’ai poursuivi mon enquête intérieure et j’ai fait un lien entre plusieurs faits récurrents dans ma vie. J’ai souvent l’impression d’être observée et je n’aime pas ces regards. Cela commence par ma naissance réalisée par césarienne sous acupuncture filmée par une équipe de France3 pour faire un documentaire. Puis après, cela continue avec l’observation récurrente de mes yeux, pour des raisons médicales bien-sûr, ensuite j’ai eu de grands challenges avec le regard des autres sur moi et mon propre regard sur moi-même. Ces regards ne me plaisaient pas et peut-être que c’est cela que je n’ai plus voulu voir.

Puis, quelques temps après, j’ai réalisé que ma perception d’être observée était sûrement juste mais que j’y avais mis une interprétation négative dessus. Cette interprétation me révèle le regard extrêmement négatif que je portais sur moi-même. Et puis là, il m’est venu une tout autre façon d’interpréter cette perception. Bashar dit souvent que parmi les humains, il y a des êtres un peu différents qui sont là pour observer et préparer la transition et les premiers contacts. Je me suis dit que je me sentais tellement connecté à l’énergie de Bashar que je suis peut-être un de ces êtres. Cela me paraissait vraiment plausible et cela donnait du sens à ce que j’ai vécu jusque là.

Alors, j’ai décidé d’envoyer ma liste de questions à l’astrologue pour avoir des éclaircissements là-dessus.

Parallèlement à cela, la date de mon déménagement approchait et j’expérimentais une baisse de ma vibration en lien avec mes derniers jours dans la résidence Carvalho. Il y avait des nouveaux voisins qui fumaient beaucoup et, depuis la dernière pluie, il y a un problème avec la fosse sceptique et une odeur de merde se répandait fréquemment dans l’allée centrale. Ceci me motivait vraiment à changer d’endroit et à ne pas me laisser influencer par le cirque émotionnel que ma voisine faisait au sujet de mon départ.

Mardi, j’ai croisé mon ami l’astrologue et on a commencé à discuter. Au fil de la discussion, il m’a dit que j’avais beaucoup de forces mais que c’était bloqué par un égo-centrisme excessif. Cet égo-centrisme se manifeste par une identification trop forte à moi et par le sentiment d’être responsable de tout. Puis, il a constaté que je résistais beaucoup, à un point tel qu’il m’a dit qu’il allait adapter le format de sa consultation pour contourner ma résistance.

J’avoue que je me suis reconnue dans certains points mais que je ne comprends pas pourquoi je lui ai montré un tel visage. J’avais l’impression qu’il me décrivait comme j’étais 10 ans auparavant et que ses perceptions ne tenaient pas compte de toutes les transformations que j’ai faîtes ces dernières années. En plus de cela, j’ai senti qu’il y avait des informations qui n’étaient pas forcement pour moi. Après cela, j’ai médité sur tout ce qui a été dit afin de séparer ce qui me concerne de ce qui ne me concerne pas. Puis, j’ai croisé une amie et on en a discuté. Cela m’a fait du bien. Elle cherchait une solution de logement en urgence. Je l’ai donc emmené à la maison de Thaís pour voir si la deuxième chambre est libre le mois qui vient. Thaís était en train de ranger et de faire ses bagages et l’énergie de la maison était toute désorganisée, sans dessus-dessous et sale. Mon amie l’a senti et moi aussi, sans pouvoir mettre de mots dessus. On a fait un bout de chemin ensemble en rentrant et je lui ai montré une autre pension dans laquelle elle trouverai sûrement son bonheur.

Le lendemain, c’était le jour du déménagement. Quand je suis arrivée chez Thaís ,faires, elle était en retard par rapport à ce qu’elle voulait ranger et nettoyer et dans ce contexte, elle était particulièrement désorganisée et la maison aussi. J’ai fait du mieux que j’ai pu pour l’aider. Dans cette énergie, je n’étais pas à l’aise et je n’arrivais pas vraiment à m’installer. Un peu avant 14h, je suis sortie pour rencontrer mon amie d’hier. Thaís n’était pas encore prête alors que l‘heure du départ de son bus se rapprochait sérieusement. Je l’ai laissée en me demandant comment elle allait arriver à l’avoir.

J’ai passé un bon moment avec mon amie, on est allée au Frutti’s pour boire un jus. Elle m’a raconté un peu son histoire et ses perceptions, qu’elle n’ose plus trop partager, car c’est souvent mal accueilli. Elle m’a dit qu’elle me reconnaissait comme étant un « cerveau droit », c’est à dire quelqu’un de très sensible qui fonctionne autrement que la moyenne des gens. Ce n’est pas la première fois qu’on me le dit. Il y a plein de noms pour décrire cette singularité.

Après cela, je suis allée faire ma méditation dans la nature et à un moment, j’ai senti que la maison de Thaís m’appelait. Est-ce là le frit de cet engagement de 30 jours de méditation dans la nature ? Est-ce que ce sont les esprits de la nature qui me disent de retourner dans la maison ? C’est cela que j’ai senti en tout cas. Alors je suis remontée en me demandant si j’allais trouver Thaís ou non, car si elle avait raté son bus, elle allait passer une nuit de plus ici. En arrivant, je ne l’ai pas trouvée. J’ai commencé à faire un peu de rangement, mais j’étais fatiguée. Je me sentais déracinée et entre deux, pas encore vraiment ancrée ici. Je suis allée me coucher et j’ai dormi un peu, puis, dans la nuit, je n’arrivais plus à dormir, je ruminais intensément en me demandant comment j’allais pouvoir m’installer dans un tel bordel. J’ai besoin, comme repère d’adaptation, que les espaces soient dégagés et que les choses restent à leur place pour me rappeler de où ils sont et ne pas avoir à les chercher avec le regard. Je sentais que l’énergie entière de la maison était comme cela et que je n’allais pas pouvoir faire du vide puisque ce n’est pas chez moi. Je demandais à mes amis invisibles de faire un nettoyage énergétique de la maison et ils m’ont demandé de mettre la main à la pâte. Alors, faute de ne pas dormir, je me suis levée et j’ai commencé à trier et séparer les choses qui partaient à la poubelle, les choses que j’allais mettre dans le cellier ou laisser dans les placards que je n’irai jamais ouvrir. Après cela, j’ai fait le ménage. Quand, j’ai eu terminé, le jour ne se levait toujours pas, alors, je suis retournée me coucher, la tête vidée. Une des chattes est venue avec moi et m’a fait des ronrons et des massages. Je me suis rendormie un peu jusqu’au levé du jour.

Jeudi matin, quand je me suis levée, j’avais l’impression de ne plus être dans la même maison. Tout était propre et rangé. Je le percevais aussi sur le plan énergétique. J’ai savouré ce matin avec délectation. Je me sentais enfin chez moi et j’étais certaine d’avoir eu un coup de main de la part de mes amis du monde invisible.

Je suis allée à la Casa pour jouer du hang, prendre la soupe et aller méditer dans la nature. Quand j’étais à la soupe, mon ami l’astrologue m’a trouvé pour me prêter le livre dont il m’avait parlé « Voir de mieux en mieux ». D’après lui, ce livre me permettrait de comprendre ce que je ne veux pas voir. Il me demandait de le lire avant de poursuivre le travail sur mon thème astrologique.

Je l’ai donc pris avec moi lors de ma sortie quotidienne dans la nature. J’ai commencé ma méditation et, rapidement, j’ai senti que je voulais rentrer pour le lire confortablement chez moi. J’ai donc suivi cet appel. Est-ce encore un coup de pouce des esprits de la nature ? Qui sait ?

Une fois chez moi, j’ai constaté que ce livre était écrit vraiment petit et que je n’arriverais pas à le lire. Je me suis dit que c’était comme cela.

Après cela, j’ai comme senti un changement en moi. Je me suis rappelée que le jour où j’ai commencé à vouloir guérir mes yeux, ma vue est devenue nettement plus floue. En plus, c’est une personne extérieure, qui donnait des stages auxquels j’ai participé, qui m’a poussé dans cette voie alors que je sentais que ce n’était pas le moment. Cette personne m’avait dit que j’avais de la friture sur la ligne de mes perceptions et que je faisais erreur en ne cherchant pas à guérir mes yeux.

Et bien, dans ce moment là, j’ai réalisé qu’en insistant sur la guérison, je ne me rendais pas service du tout.

J’ai décidé d’accepter ce qui est et de l’embrasser pleinement. J’ai décidé d’arrêter de me mettre la pression pour me transformer et de savourer ce qui est. Un plan super intéressant est venu en moi. Avec la vue que j’ai, je peux toucher l’allocation adulte handicapé, me permettant de couvrir tous mes frais puisque je dépense peu. Ainsi, je pourrai mettre à disposition mes services gratuitement et continuer d’être nomade et d’aller où le vent me porte. Accepter cette possibilité m’a retiré pas mal de poids que je me mettais sur les épaules. Cela me retire la peur du manque qui était encore un peu présente en moi et je vais pouvoir explorer, sans pression, tous mes talents en les mettant au service des autres. Quelle belle perspective ! Le fait de prendre cette voie ne m’empêchera pas de retrouver la vue, quand ce sera le moment, c’est juste une transition.

Je me sentais tellement mieux après cela. Puis, mon amie d’hier est venue me visiter. Quand elle est entrée dans la maison, avec sa sensibilité et ses perceptions, elle m’a dit : « Mais Violaine, qu’est-ce que tu as fait ? L’énergie a complètement changée, je vois ta lumière partout ! » Je lui ai raconté ce que j’ai fait pendant la nuit et ce que j’avais senti ce matin là. Encore une expérience qui me confirme que je peux transformer l’énergie d’une maison. On a passé un super moment ensemble sous l’ombre bienveillante du manguier gigantesque du jardin.

Le soir, je suis restée tranquille dans mon petit paradis, heureuse de la journée. J’ai arrosé les plantes et j’ai écrit à l’astrologue pour lui faire part des changements en moi. Je lui ai dit que je n’avais plus de question et que j’étais juste curieuse de voir ce que mon thème astrologique me révèle.

Vendredi matin, j’ai recroisé l’astrologue et j’ai découvert qu’il a interprété mon message comme le fait que je ne veux plus travailler sur moi car c’est trop confrontant. Je n’en revenais pas ! Ce n’est pas du tout ce que je voulais exprimer (C’est peut-être sa projection sur moi…). Alors, comme j’ai senti qu’il était perdu sans questions, je lui en ai donnée deux : Quel karma je trimbale et qu’est-ce que je ne veux pas voir ?

Depuis le début, j’ai un ressenti bizarre avec lui. J’ai comme l’impression qu’il tourne autour du pot et qu’il y a quelque chose qu’il ne sait pas comment me dire car il projette sur moi que je ne vais pas l’entendre ou que je vais résister. En tout cas, il y a quelque chose entre nous deux qui brouille la communication. C’est comme si on ne se comprenait pas.

Après cela, je suis allée dans la nature en me rendant compte que, moi aussi, quand je sens quelque chose chez quelqu’un, je ne sais pas trop comment l’amener par peur de la réaction de l’autre. Je suis donc face à moi-même dans cette situation, comme toujours ! J’ai alors décidé de lui dire clairement que je souhaite qu’il soit direct avec moi la prochaine fois qu’on se verra pour la consultation. Je répétais la scène dans ma tête et je ne comprenais pas pourquoi je faisais cela. Sans doute pour me le dire à moi-même. Puis lors de ma méditation, j’ai eu une vision d’une connexion avec un être qui a fait des choses horribles dans sa vie. Cet être, que je vais appeler Anu, n’est pas humain et il déteste les humains. Il les considère comme des sombres brutes, à moitié singe, qui ne voient rien et ne sentent rien. Bref, il les considère comme une tare de la création qu’il serait mieux de supprimer. À côté de cela, il viole les femmes humaines à tour de bras et utilise notre race comme du bétail.

Et bien, si j’avais en tête les croyances classiques concernant les vies antérieures, cette information serait très dure à accepter et je comprends l’astrologue, s’il a capté cela, il doit en effet ne pas savoir comment me le dire. Mais moi, grâce à Bashar, je vois les choses autrement. Le temps étant une illusion, les vies antérieures qui s’enchaînent les unes après les autres sont un principe illusoire aussi. Au lieu de me dire que, dans cette vie, je viens régler le karma de ce que j’ai fait avant et que mes problèmes de vue en sont une conséquence, je sens plutôt que mon âme a choisi cette connexion avec ce personnage Anu et son pendant feminin « Nuréa » pour apaiser ce conflit et le transformer. Pour en finir avec la dualité et réunifier les polarités. C’est le challenge que j’ai choisi de relever et je sens, dans ce que j’ai manifesté dans ma vie, l’influence des deux bords. Sauf que, jusque là, je ne voulais voir que le côté positif représenté par l’archétype de « Nuréa » et je ne voulais pas voir le côté négatif représenté par l’archétype d’« Anu ». Et cette vision, que les esprits de la nature m’ont transmise lors de ma méditation, donne du sens à beaucoup de miroir que j’ai rencontré dans ma vie ces dernières années. Tout le cheminement intérieur que j’ai fait avec l’histoire du médium João m’a préparé à pardonner cet être et à voir la souffrance qu’il porte en lui plutôt qu’à le condamner pour ce qu’il a fait. Ce faisant, je m’autorise à me transformer dans le présent avec cette nouvelle conscience et donc a transformer le passé vers une version plus unie.

J’étais bien contente de cette conscientisation. Pour honorer ce processus, j’ai fait une méditation chez moi pour envoyer de l’amour à cet Anu, puis, je me suis senti appelée à la Casa pour assister à la session de l’après-midi. J’ai l’impression d’avoir reçu un soin. Je suis rentrée en taxi et je suis allée me coucher.

Le soir, il y avait un concert méditatif de flûte dans une pousada proche de chez moi. J’ai donc senti que je pouvais y aller, mais personne n’a répondu à l’interphone de la pousada en question. Alors, j’ai rebroussé chemin et j’ai croisé un ami qui allait à la session de prières Bouddhistes de la pousada Bouddha House. J’ai décidé d’aller là. Et c’était super. Une personne m’a dit que les entités me remerciaient chaleureusement de jouer du hang tous les jours dans le jardin de la Casa. Celle qui faisait les prières avait l’air d’avoir une grande sagesse et de comprendre que le passé et le futur sont des illusions, elle disait que quand on sent quelque chose, il ne faut pas penser, il faut le faire. J’ai beaucoup aimé ce moment. On a aussi discuté géobiologie avec mon ami, on a discuté à propos des dragons et des esprits de la nature et j’aime beaucoup ce genre de conversation.

Quelles belles journées, merci à la vie, merci infiniment pour tous les cadeaux qui me sont offerts.

Samedi, je continuais à digérer ma vision d’hier. Je réalisais que cela donnait du sens à beaucoup d’expériences (miroirs) que j’ai rencontré dans m vie. Cela m’aidait à mieux comprendre certaines croyances et définitions profondément ancrées en moi. C’est donc une porte vers la transformation de ces dernières. J’ai croisé l’astrologue dans la journée et je lui ai fait part de ma vision. Il était soulagé que j’aie vu cela par moi-même car cela allait lui faciliter le travail.

Moi, j’étais contente d’avoir accueilli cela sans culpabilité, sans apitoiement sur moi, sans haine et je vais envoyer amour et compassion, comme je l’ai fait avec João, pour apaiser et harmoniser cette part de moi.

Mon ami l’astrologue m’a dit que maintenant que j’avais accepté de voir cela, j’étais à un point clé de transformation dans ma vie. Je sentais cela aussi, j’avais l’impression que maintenant, la transformation allait commencer sur le plan physique et que les massages, bains de cristaux, bains de cascade, etc, allaient grandement m’aider. Bien entendu, je vais laisser le processus prendre le temps qu’il lui faut, sans attente particulière.

Je me disais que, malgré cela, j’avais réussi à manifester une vie bien agréable, alors maintenant, ça allait être encore plus coulant, encore moins résistif. Quelle bonne nouvelle !

Dimanche, j’ai poursuivi dans cette voie, j’ai chanté pour envoyer de l’amour à la part de moi que Anu représente. J’ai partagé mon parcourt avec mon amie Ukrainienne lors de notre premier essai de cercle de partage. À la fin, elle m’a dit que mon partage l’avait tellement aidé qu’elle voulait m’offrir un soin en échange. Parmi toutes ses compétences, j’avais le choix entre massage, réflexologie, repas cru, etc. Je ne réalise pas encore à quel point mon expérience peut aider. Sans faire aucun effort, juste en partageant ce qui me passait par la tête au sujet de ce que je vis, j’ai aidé une personne, c’est merveilleux !

Après, on a dansé et j’en ai encore profité pour envoyer de l’amour à Anu et la part de moi qu’il représente. Ensuite, je suis rentrée chez moi, fatiguée mais le cœur rempli.

Je suis remplie de gratitude pour toutes ces transformations et toute l’aide que je reçois des entités mais aussi, de ma collaboration avec les esprits de la nature. Alors que vendredi dernier, j’ai terminé mon cycle de 30 jours de méditation dans la nature, je sens vraiment que les esprits de la nature ont été très présents dans tout ce que j’ai vécu cette semaine. Un grand merci à tous les acteurs et tous les figurants du film de ma vie.

#voyage #transformationdesoi

Posts récents

Voir tout

Retour à Abadiânia, semaine 4

Lundi a été une journée bien tranquille mais pleine d’introspection. Cette journée m’a montrée que j’avais encore pas mal de peurs en lien avec la relation aux humains et que ces peurs s’amplifiaient

Retour à Abadiânia, semaine 3

Lundi matin, mes réflexions intérieures ont continuées. Puisque à travers l’autre, c’est soi qu’on explore, je repensais à tout le cheminement que j’ai fait avec cette histoire d’abus sexuels à la Cas

Retour à Abadiânia, semaine 2

Lundi matin, j’ai fait les quelques mouvements de QI-Gong que Lili m’a montré puis, j’ai poursuivi ma matinée et je suis allée vers 10h rejoindre Thaís sur son stand pour jouer du hang à côté. Ce fais

L'Antre Soi / Créé par Violaine Sabatier avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now