• Violaine

Abadiânia - Semaine 11

Ce matin-là, je repensais au fait que les esprits de la nature ne peuvent pas entrer dans l’enceinte de la Casa. J’avais compris que cela nous reflétait notre tendance à mettre des étiquettes sur les choses ou les gens pour les ranger du côté bien ou mal. Malgré cela, j’avais eu une réaction de rejet de la Casa et ça faisait plusieurs jours que je n’y avais pas mis les pieds. Toutefois, ce matin, je me disais que mon attitude n’avait pas de sens. J’étais en train de faire exactement la même chose et cela ne mène à rien. Alors, je suis allée à la Casa, je me suis assise près du triangle de Salomon et j’ai discuté avec Dom Inácio. J’ai senti son énergie très fort et j’ai tout de suite compris qu’il riait et me faisait un clin d’œil pour me dire : « Bravo, tu as compris ! ». Ces êtres là n’ont pas d’égo et sont capable de passer pour très limités afin de nous refléter ce que nous sommes et nous faire grandir. J’ai ri aussi. Il est là l’amour inconditionnel, dans le reflet absolu de ce que nous croyons afin de nous faire grandir. J’étais ravie de cette expérience et j’aimerais bien cultiver suffisamment de détachement de ma propre importance personnelle pour être capable de faire cela. Un jour peut être…


En début de semaine, j’étais toujours entrain de décortiquer les peurs et résistances qui m’empêchent d’agir à 100 % selon les élans de mon cœur. J’avais bien compris que j’avais peur de mes propres projections et finalement, je me suis dit que ces peurs me montrent que j’adopte une attitude non appropriée pour agir. J’avais donc de la gratitude pour elles. Puis, j’ai senti que si je passais moins de temps dans mon mental, cela irai certainement mieux.


Alors, mercredi matin, j’ai senti l’appel d’aller dans le courant de méditation de la Casa. J’ai commencé par demander de l’aide pour moins penser et plus Être. J’ai alors senti cet état particulier dans lequel toute mon attention va dans mes ressentis et nous dans mes pensées. C’était fort et je n’ai pas vu la séance passer. Durant cette séance, j’ai senti que tous mes amis esprits de la nature et extraterrestres étaient avec moi ainsi que les entités de la Casa. J’ai pleuré d’émotion en sentant tout ce monde autour de moi, c’est comme si je vivais de grandes retrouvailles avec tout le monde réuni. Je suis sortie de cette séance complètement calme et j’ai poursuivi la méditation dans le grand hall de la Casa. Ensuite, j’ai retrouvé des amis (humains) et j’ai pu percevoir la différence dans la relation quand je suis d’avantage dans le senti que dans le mental. On a parlé de cette histoire d’importance personnelle qui nous fait revêtir des masques dans nos relations avec les autres. Un ami disait que c’était très difficile d’en arriver à lâcher cela. Je n’avais pas d’avis sur la question mais au fond de moi, quelque chose me disait que si cela nous paraît difficile, c’est juste car nous ne comprenons pas vraiment de quoi il s’agit. Le soir, en solitaire, je me suis laissée porter par cette question : « Qu’y a-t-il vraiment derrière l’idée d’arrêter avec l’importance personnelle ? » Et, en méditant, je me suis rappelée de ce que dit Bashar. Il n’emploie pas ces mots mais, je sens que c’est connecté. Il dit qu’en s’abandonnant aux élans de notre cœur et donc à notre âme, on ne s’abandonne pas à un pouvoir extérieur mais à notre propre pouvoir. On s’abandonne aux choix que l’on a fait à un niveau supérieur de conscience. Il y a plusieurs niveaux de libre arbitre. Celui que nous avons au niveau de notre personnalité physique en étant libre de choisir ce que nous voulons être. Il y a celui de notre âme, avec lequel nous avons choisi le film que nous voulons explorer à travers la vie en cours. Généralement, nous ne nous rappelons pas de ces choix dont l’information nous parvient à travers les élans du cœur et s’abandonner à ces choix là, c’est aussi exercer notre libre arbitre à un niveau supérieur. Parfois, notre égo se croit l’unique conducteur du bateau et ne veut pas se laisser guider par l’âme et cette résistance est totalement liée à l’importance personnelle.

Donc, jeudi matin, je suis retournée dans le courant en commençant par cette intention de m’abandonner au film que j’ai choisi d’explorer en tant qu’âme et de le faire à chaque instant. La séance était agréable, comme la veille. Je n’avais rien en tête et j’étais bien.


Vendredi soir, il y avait une fête chez un ami et j’ai joué du hang avec grand plaisir. Puis, je me suis laissée approcher par un homme et je me suis abandonnée car c’était agréable et je me sentais en sécurité avec lui. Même si j’étais bien et détendue, mon corps a toutefois posé certaines limites et nous les avons acceptées. C’était une expérience bien intéressante en terme du message qu’elle porte.

J’ai la chance d’avoir, sur place, quelques amies proches avec lesquelles on se dit tout et cela m’a bien aidé à entendre ce message et grandir de cette expérience. Je suis encore plus chanceuse d’avoir, parmi elles, une qui a été initiée à la sexualité sacrée. On a donc pu partager à ce sujet qui m’intéresse beaucoup.


Cette expérience, qui me reflète exactement toutes les projections que j’ai pu faire en terme de sexualité, me rappelle que mon corps est très intelligent et qu’il s’allie avec mon âme pour me protéger des distorsions de mon conditionnement humain. Cela me rappelle encore une fois ce que l’astrologue m’a dis : « Il y a un aspect dans ton thème qui t’empêche de faire fausse route. »

Mon corps déploie donc des protections (poils, odeurs…) pour que je ne manifeste pas certaines de mes pensées répétitives crées par mon conditionnement et que je garde le cap indiqué par ma vision physique, c’est à dire, vers l’intérieur.

Cette compréhension libère une gratitude et une compassion immense à mon égard. Je sens encore plus fort que tout est parfait et à sa juste place. Je n’eai pas senti l’élan de poursuivre cette relation avec cet homme mais j’ai senti l’appel de transformer mon conditionnement et mes pensées en lien avec la sexualité pour aller dans le sens de la sexualité sacrée. J’ai compris que ma vision physique reviendra quand j’aurai atteints quelque chose de profond en moi que mon âme a prévu d’atteindre pour l’offrir au monde et évidement, ma vision me limite la tentation de me disperser. Et c’est une aide précieuse car, même sans téléphone, je suis socialement bien sollicitée et très tentée d’aller passer du temps avec des amies et amis.


Mais c’est passionnant car cela me rappelle cette histoire de secret caché en moi et je vais poursuivre mon exploration pour le trouver.

Je suis pleine de gratitude pour la vie et pour moi-même, pour m’être abandonnée à ces expériences et pour en avoir saisi la quintessence. Tout cela me fait penser aux alchimistes avec leur histoire de langage hermétique et universel utilisé par la nature. Peut-être que je commence à saisir ce langage...

Posts récents

Voir tout

23 déc 2019 - Interprétation d'un manque d'amour

Ah, je me sens plus légère. Je viens de mettre le doigt sur une croyance profondément ancrée en moi et que je ne voyais plus. Pourtant, le miroir de la Vie me l’a montrée en long, en large et en trave

L'Antre Soi / Créé par Violaine Sabatier avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now