• Violaine

Abadiânia - Semaine 9

J’ai commencé cette nouvelle semaine en me mettant beaucoup plus activement en contact avec mes amis les esprits de la nature et les dragons. J’ai fait des recherches sur ces derniers pour savoir si, un jour, ils ont eu une véritable existence dans le plan que nous percevons comme matériel (3D). Après ces recherches, il me paraît fortement vraisemblable qu’ils aient existé parmi nous et la question qui me vient maintenant c’est : À quand remonte leur disparition ? Je n’ai pas encore de réponse là-dessus. Ce qui est sûr, c’est que l’église catholique a projeté les pires noirceurs de l’humain sur eux alors que ce sont des êtres d’une sagesse et d’une douceur infinie.

Pour discuter avec eux, je suis allée à la cascade, je les ai aussi invités dans mon jardin et c’était bien agréable. Je me suis un peu ré-immergée dans les vidéos de l’école Oviloröi et dans les souvenirs de mes formations. C’était très agréable mais il y a beaucoup de choses qui ne collent plus avec ma nouvelle vision du fonctionnement de l’existence. Alors, j’ai remercié cet enseignement et, sur les conseils de la dragonne géobiologue qui m’accompagne partout, je vais arrêter de chercher comment font les autres et je vais la laisser me montrer une nouvelle façon d’utiliser l’art de la géobiologie.

Du coup, chaque matin, j’ai passé du temps à méditer en connexion avec cette dragonne. Les informations qu’elle a commencé à me transmettre sont extrêmement intéressantes. Il est question de miroir, d’élévation des consciences, de réalités parallèles et comment utiliser tout cela pour pratiquer la géobiologie d’une façon tout à fait novatrice. Vous imaginez bien que je me régale à recevoir cet enseignement, que je suis invitée à mettre en pratique en faisant la carte géobiologique du site d’Abadiânia, qui est un site sacré.

J’ai également renouer contact avec un ami Elfe et plein d’autres esprits de la nature qui ont toujours été avec moi. Ils m’ont appris qu’ils n’avaient pas le droit d’entrer dans l’enceinte de la Casa car le gardien subtil du lieu les considère encore comme associé au diable. J’étais très surprise de cette information et je doutais de mes perceptions mais, après quelques vérifications et discussions avec des amis humains, j’en suis venue à accepter la véracité de cette information. Je n’ai pas oublié de regarder le miroir qu’elle m’offre, c’est à dire notre tendance à coller des étiquettes sur les choses sans vraiment savoir ce qu’il en est. Cela m’a rappelé que je colle encore beaucoup d’étiquettes sur les aliments et parfois même sur les personnes. Je vois, dans cette situation, que cela n’a pas de sens et que certaines entités de la Casa sont encore bien limitées, comme nous d’ailleurs.

Lors d’une de mes méditations du matin, il m’a été suggéré d’expérimenter une nouvelle façon d’accueillir les aspects de moi qui me dérangent. J’ai compris que paradoxalement, quand on ne veut pas voir un aspect de nous, que l’on juge négativement, il s’amplifie et quand on accepte de le voir et de lui donner de l’amour, il peut se transformer. Alors, j’ai pris deux de mes pierres et dans l’une, j’ai mis mon doute et dans l’autre, j’ai mis mon avidité à vouloir toujours plus. Puis j’ai discuté avec ces deux aspects de moi et j’ai vu que, comme un ami m’a dit il y a quelques années, un défaut est toujours un excès de qualité. Les pierres me l’ont rappelé et mon doute m’a dit être un excès de discernement et qu’il était là pour me protéger des fausses croyances. Mon avidité m’a dit qu’elle était l’excès de mon grand élan d’aller de l’avant toujours et toujours et qu’elle était une stimulation pour moi. Mal compris et non entendus, ces deux aspects de moi se sont amplifiés et exagérés pour recevoir l’amour dont ils avaient besoin. Alors, je les ai remerciés et je leur ai donné de l’amour. Puis, régulièrement, je prenais ces pierres dans mes mains pour discuter et déprogrammer ces excès. Cela semble fonctionner.

Dans la semaine, j’ai eu plusieurs discussions avec des amis humains avec lesquels je me sens sur la même longueur d’onde. On a parlé d’éveil, d’illumination et de déconditionnement. Cela a éclairci pas mal de fausses idées et d’incompréhensions que j’avais sur ces sujets. Nos discussions sont toujours extrêmement intéressantes et elles me font toujours avancer d’un pas ou plus vers d’avantage de sagesse, de conscience et d’amour.

Vendredi, le jour de mon anniversaire, la journée a été pleine de ces petits moments précieux, une superbe méditation avec plein d’amis esprits de la nature, de superbes moments d’échange avec des amis humains. Une amie m’a fait part de comment les autres me voient et elle m’a dit que, quand ils parlaient de moi entre eux, ils disaient toujours « la belle femme ». Et cela m’a touché car cela a encore fait reculer en moi la croyance que je ne suis pas belle. Cette croyance est de plus en plus désactivée et chaque jour qui passe, je me sens de plus en plus belle ou, si je peux l’exprimer autrement, j’ai l’impression que, pendant toutes ces années où j’ai entretenu la croyance que je n’étais pas belle, je suis allée chercher ma beauté à l’intérieur et aujourd’hui, cette beauté transparaît à travers le masque physique que j’ai construit avec mes croyance et le transforme peu à peu.

Le soir, quand je suis rentrée chez moi, j’étais remplie de joie et de gratitude pour cette belle journée, j’ai accueilli cela toute la soirée en l’exprimant pour moi-même et j’ai vu à quel point, cela nourri et c’est un régal au-delà de ce que toute nourriture pourrait m’apporter.

Samedi et dimanche ont également été de belles journées avec de beaux échanges nourrissants. Samedi après-midi, j’ai eu un éclair d’élan du cœur lorsque nous avons parlé de cesser d’accorder de l’importance à SOI. J’ai compris pour la première fois ce que cela voulait dire et que c’était l’enjeu majeur pour régénérer ma vue. J’ai perçu ce processus, dans mon cœur, comme quelque chose de génial vers lequel je voulais aller. Puis, nous avons discuter de celui qui parle quand nous nous exprimons, est-ce le cœur ou l’égo ? C’était très intéressant aussi. Ces discussions me portent vraiment vers le haut et j’ai décidé de rester à Abadiânia jusqu’à ce que mon cœur me dise d’aller ailleurs, quelque soit les histoires de visa. Mon gouvernement, c’est mon cœur.

Samedi soir, au Frutti’s, j’ai joué du hang avec Claudio, le flûtiste et nous allons enregistrer un CD ensemble car la combinaison hang et flûte amérindienne est juste magnifique. Ce soir là, j’ai joué avec plus de joie et de liberté que jamais, c’était génial et cela a été perçu. Puis, comme cadeau d’anniversaire, j’ai raconté une histoire que j’ai vécu deux ans auparavant quand je suis allée jeûner 4 jours dans la forêt pyrénéenne en tête à tête avec moi-même.

Un elfe est venu me chercher dans ma tante et il m’a dit :

- « Viens ! Je veux te montrer quelque choses. »

Il m’a pris par la main et s’est arrêté 2 mêtres après ma tante et il m’a dit en montrant le sol :

- « Regarde là ! Comme c’est magnifique. »

J’ai répondu que je ne voyais pas ce qu’il y avait de si beau là où il me demandait de regarder. C’était le sol de la forêt avec un amoncellement de branches et de feuilles mortes en décomposition. Alors, un peu désabusé, il m’a dit :

- « Mais regarde bien, là, le chaos harmonieux de la nature. C’est magnifique et cette beauté là est partout mais vous ne la voyez pas. »

Et j’ai reconnu que c’était vrai puis, un arbre m’a appelé et il m’a dit :

- « Tu vois, le sol de la forêt est le sol le plus riche qui soit et c’est parmi nous, les arbres, qu’on le rencontre. Vous les humains, vous êtes pour le règne animal, ce que nous, les arbres, sommes pour le règne végétal. Si vous vous alignez avec l’essence de votre être en restant ancrés à la terre par vos racines et ancrés à l’univers par vos branches, vous allez créer, parmi vous, le terreau le plus riche qui soit. »

J’étais touchée par la pertinence de la comparaison et même si je ne les ai jamais écrits jusque là, je n’ai jamais oublié ces deux beaux messages.

Dimanche a été aussi merveilleux que les jours précédents. Lors de ma méditation du matin, j’ai compris que, en terme d’alimentation, ce qui fait parfois du tort ou qui rend malade, ce n’est pas l’aliment en lui même mais ce que je projette sur lui. J’ai donc réalisé qu’en projetant de l’amour en ayant vraiment conscience que c’est la nature intrinsèque de toute chose, je peux tout manger sans aucune incidence sur ma santé. J’ai réalisé à quel point je m’étais frustrée en me privant de certains aliments car je projetais sur eux qu’ils étaient malsains. Cette conscience n’efface pas le point important des choix que nous faisons, car chaque achat est un vote donc, quand j’ai le choix, je peux en effet choisir d’acheter bio ou local au lieu d’industriel, mais quand je n’ai pas le choix, comme ici, où le bio en est à ses balbutiements, je peux manger sereinement ce qui est à ma portée. J’ai donc décidé d’arrêter la culpabilité et la frustration en lien avec l’alimentation car, c’est cela qui est indigeste et nocif. Je vais m’autoriser à manger de tout et de laisser de côté peu à peu ce qui ne m’attire plus comme par exemple, les bonbons et les chewing-gum ne m’attirent plus du tout depuis longtemps et je n’ai aucun effort à faire pour ne pas en manger ou refuser quand on m’en propose.

J’étais heureuse de cela et je vois que, même si je m’autorise à manger de tout, ce processus de conscientisation fait partie intégrante du processus vers le pranisme et c’est nécessaire que je passe par là pour aller vers le moment où, d’abord, je mangerai seulement quand j’ai faim puis, vers le moment où mon appétit diminuera naturellement.

Le chemin de moindre résistance nous fait parfois faire des détours, mais cela reste toujours le plus rapide car le moins résistif. Les raccourcis sont parfois des leurres…

Je suis remplie de gratitude pour tous les instants de cette semaine écoulée. À mesure que ma conscience s’élargit, ma liberté grandit aussi, car au final, comme le dit mon ami Jean, la voie de la conscience est un chemin vers une liberté totale. Merci.

Posts récents

Voir tout

23 déc 2019 - Interprétation d'un manque d'amour

Ah, je me sens plus légère. Je viens de mettre le doigt sur une croyance profondément ancrée en moi et que je ne voyais plus. Pourtant, le miroir de la Vie me l’a montrée en long, en large et en trave

L'Antre Soi / Créé par Violaine Sabatier avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now