• Violaine

Guérison du mental dualiste

À travers ce texte, je souhaite partager avec vous l’enseignement que j’ai reçu et intégré en étant co-créatrice, parmi tant d’autre, des évènements qui ont bousculé Abadiânia, une petite ville du Brésil, pour amorcer une transition vers plus de conscience.

En 1978, un médium a fondé dans cet endroit la Casa de Dom Inácio de Loyola, un lieu d’inspiration spirite, qui se veut ouvert à toutes les religions et se définit comme un hôpital spirituel. Ce médium a, pendant des dizaines d’années, incorporé l’énergie subtile d’êtres spirituels afin de convertir cette vibration d’amour, d’harmonie et de paix en aura humaine. Ce faisant, il a permis à des dizaines de milliers de personnes de manifester leur guérison grâce à leur foi et à leur réceptivité. Par ailleurs, il a contribué, entre autres, à ce que nous devenions plus conscient de l’existence du plan spirituel, invisible à nos yeux.

J’ai découvert cet endroit pour la première fois en avril 2018 et j’ai très rapidement senti l’appel d’y rester pour une durée indéterminée. J’y ai trouvé beaucoup de paix et de ressourcement. J’ai senti également que de nombreuses personnes déifiaient le médium, alors que lui-même ne cessait de répéter, dans ses interventions publiques, qu’il était un homme comme tout le monde et qu’il était seulement un véhicule de l’énergie des êtres spirituels qui l’incorporent, ce faisant, il répétait sans cesse qu’il n’avait jamais guéri personne et que c’était Dieu qui guérissait. Mais semble-t-il, ce message n’était pas entendu ou pas compris.

Le 8 décembre 2018, un documentaire passe à la télévision Brésilienne donnant la parole à quatre femmes qui accusent le médium d’abus sexuels. La justice brésilienne statue la prison préventive et donc, depuis le 16 décembre 2018, le médium est en prison. À partir de ce moment, débute pour moi un voyage intérieur immense que je vais vous raconter.

Suite à cet évènement, ma première réaction a été le déni. J’ai pris le parti de croire que ces accusations étaient fausses car les êtres spirituels qui incorporent le médium ne l’auraient jamais laissé faire cela. Toutefois, dans mes prières, j’envoyais du soutien à tous les partis car j’avais conscience que derrière tout comportement non approprié, dans notre cas, de fausses accusations, il y a un être en souffrance. Je demandais également à ce que « la vérité » soit faite sur ce qui s’est vraiment passé. Je n’avais pas encore intégré que toute vérité est relative et non absolue.

Dans les jours qui ont suivi, j’ai rencontré une personne qui était très proche d’une des femmes se disant victime d’abus sexuel de la part du médium. En l’écoutant parler, il m’a paru évident que je ne pouvais plus nier les accusations. Alors, j’ai accueilli un sentiment de déception et j’ai changé de point de vue. Nous avons fait un petit cercle de femmes pour apporter notre soutien aux femmes se disant victimes d’abus. À partir de ce cercle, j’ai commencé a explorer toute une gamme d’émotions et de projections qui m’appartiennent et que cette situation m’a permis de voir.

J’ai admis comme vrai les accusations telles que l’abus sexuel, l’inceste, l’abus de pouvoir, la corruption et même le fait de faire tuer des gens qui voulaient faire savoir la vérité. Face à cela, la première émotion qui m’est venue est la compassion car je me disais que pour faire de telles choses, il fallait souffrir énormément dans son cœur et ne pas pouvoir accueillir cette souffrance. Cela m’a fait pleurer et je pouvais aisément comprendre pourquoi cette souffrance ne pouvait pas être accueillie par le médium. À travers cette situation, j’ai donc explorer ma propre souffrance intérieure que j’avais retenue jusque là. J’en étais partiellement consciente.

En discutant avec diverses personnes, dont les points de vue étaient très différents, j’ai réalisé que les mêmes faits étaient interprétés par certains comme des preuves que le médium est innocent et par d’autres, y compris moi-même, comme une preuve qu’il est coupable. Je trouvais cela curieux et dans les mois qui ont suivis, je suis partie en Bolivie avec une amie fermement convaincue que le médium est coupable. Pendant ce voyage, je continuais régulièrement d’avoir des visions sur cette affaire qui alimentaient mes projections et je soutenais le médium en visualisant qu’il recevait l’aide nécessaire pour accueillir ses émotions et sa souffrance intérieure. Je savais que je faisais ce travail pour moi aussi mais j’imaginais que le médium avait vraiment besoin de cela. Je n’ai jamais perdu cette compassion, même devant l’acceptation des faits les plus graves. Dans ce voyage en Bolivie, j’ai découvert le mécanisme des projections et j’ai continué à en faire, mais avec plus de conscience. En moi, je sentais qu’il n’y avait ni victime, ni bourreau mais je n’arrivais pas vraiment à l’appliquer à cette situation.

Quand je suis retournée à Abadiânia, en avril 2019, j’ai été invitée intérieurement à prendre du recul pour intégrer les leçons de mon voyage en Bolivie et pour appliquer la conscience des projections dans ce qui se passe dans cette histoire d’abus sexuels. Là, j’ai senti de plus en plus fort que cela n’avait pas de sens de prendre parti car ce faisant, je cherchais à figer les faits, c’est à dire l’illusion des apparences et des circonstances. Je sentais que cela n’avais pas de sens car, au milieu des projections de chacun, tout est possible et les faits sont probablement différents dans la réalité de chacun. Par ailleurs, je réalisais que je ne sais pas ce que je ne sais pas alors, comment affirmer que le médium est coupable ou innocent. Les deux positions n’avaient plus aucun sens pour moi. J’ai été invitée à raisonner en terme d’expérience, plutôt qu’en terme de faits. En effet, les expériences que nous vivons à partir de nos circonstances nous reflètent toujours un aspect de nous-même et sont toujours justes. L’injustice n’existe pas dans ce plan, il n’y a plus de parti-pris, il y a seulement l’amour inconditionnel de Dieu qui nous reflète inlassablement ce que nous nous faisons à nous-mêmes. Alors voila, parfois, nous n’acceptons pas de nous reconnaître et nous accusons l’extérieur de nous faire souffrir (abus sexuel, condamnation injuste, etc). Et, en me focalisant sur le plan de l’expérience, je peux vous garantir que je me suis reconnue dans chacune des projections que j’ai faites sur le médium et qu’à chaque fois que j’ai parlé de lui, que ce soit en termes négatifs ou positifs, je n’ai pas pu nier que je parlais d’aspects de moi-même.

Voici donc ce que cette histoire m’a permis de comprendre et d’intégrer : Dans l’expérience que nous faisons de nos vies quotidiennes, l’injustice n’existe pas, tout est parfaitement orchestré par nous-mêmes à un niveau supérieur de conscience. La vie est un médium qui nous montre toujours exactement ce que nous avons besoin de voir. Et j’ai vu qu’au fond de moi, il y a un aspect qui est attiré sexuellement par des personnages de charisme comme ce médium et par « l’idéal » qu’ils représentent pour moi. Cet aspect est là parmi tant d’autres et la répartition de l’énergie que je donne à chacun va créer ma réalité.

Bien-sûr, derrière cette attirance, il y a quelque chose de plus profond. Il y a la reconnaissance d’un idéal que j’ai à l’intérieur de moi mais que je n’arrive pas à manifester pour le moment. Alors, faute de le trouver à l’intérieur, je le cherche à l’extérieur. Et si je focalise mon attention sur la personne qui porte cet idéal, plus que sur l’idéal lui-même, cela peut facilement mener à une expérience d’abuseur/abusé ou d’abuseuse/abusée. Les deux facettes sont indissociables et présentes dans la personne qui est accusée comme dans celle qui accuse, car elles ont co-crée, ensemble, par attraction vibratoire, leurs expériences respectives.

Je suis donc remplie de gratitude pour ces évènements qui m’ont permis ce cheminement, véritable guérison de ma psyché. Cela m’offre également un merveilleux outil de transformation qui me permet de mieux voir au delà des apparences trompeuses et d’accueillir tous mes aspects inconscients avec compassion et amour. Grâce à ce processus, qui m‘a véritablement ouvert les yeux, moi qui voit si mal les apparences trompeuses du monde physique, je suis en train de vivre une profonde transformation de mon conditionnement en vue de m’aligner avec la vibration de l’essence de mon être. Ma guérison sera un effet secondaire de cette grande libération de mon être.

Aujourd’hui, le soutien que j’envoie à toute personne touchée de près ou de loin par ce qui se passe à Abadiânia est de recevoir l’aide nécessaire pour extraire la quintessence de chaque expérience, en portant son attention au-delà des apparences trompeuses des faits, c’est à dire à l’intérieur de soi.

Merci à la vie pour son éternelle perfection.

Je sens qu’Abadiânia vit une transition importante et nécessaire, des commerces ferment, d’autres tiennent le coup, de nouveaux projets intégrant les principes de la permaculture voient le jours. L’énergie collective va vers plus d’amour et de conscience… et ça aussi, c’est une projection qui me reflète ma transition intérieure !

Venez voir par vous-mêmes ce qu’Abadiânia vous reflète !

Le 17 juillet 2019

Violaine

Posts récents

Voir tout

23 déc 2019 - Interprétation d'un manque d'amour

Ah, je me sens plus légère. Je viens de mettre le doigt sur une croyance profondément ancrée en moi et que je ne voyais plus. Pourtant, le miroir de la Vie me l’a montrée en long, en large et en trave

L'Antre Soi / Créé par Violaine Sabatier avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now